Nutrition et Technologie agro-alimentaire

Département de nutrition et technologie agroalimentaire


    Cycle de l'azote

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Réputation : 0
    Date d'inscription : 07/07/2010

    Cycle de l'azote

    Message par Admin le Mar 13 Juil - 20:22







    Le cycle de l’azote




    On a vu que la vie sur terre influence profondément la compositon de l’atmosphère en produisant du dioxyde de carbone CO2 et du méthane CH4
    à travers les processus de la respiration et la fermentation reliés au
    recyclage du carbone. La Vie a aussi influencé la composition de
    l’atmosphère à travers le recyclage d’un autre élément, l’azote (N). Ce
    gaz est le premier en importance dans l’atmosphère terrestre (78%). Il
    s’y trouve sous sa forme moléculaire normale diatomique N2,
    un gaz relativement inerte (peu réactif). Les organismes ont besoin
    d’azote pour fabriquer des protéines et des acides nucléiques, mais la
    plupart ne peuvent utiliser la molécule N2.
    Ils ont besoin de ce qu’on nomme l’azote fixée dans lequel les atomes
    d’azote sont liés à d’autre types d’atomes comme par exemple à
    l’hydrogène dans l’ammoniac NH3 ou à l’oxygène dans les ions nitrates NO3-. Le cycle de l’azote est très complexe; le schéma suivant en présente une simplification.



    Trois processus de base sont impliqués dans le recyclage de l’azote: la fixation de l’azote diatomique N2, la nitrification et la dénitrification.


    La
    fixation de l’azote
    correspond à la conversion de l’azote atmosphérique en azote utilisable
    par les plantes et les animaux. Elle se fait par certaines bactéries
    qui vivent dans les sols ou dans l’eau et qui réussissent à assimiler
    l’azote diatomique N2. Il s’agit en
    particulier des cyanobactéries et de certaines bactéries vivant en
    symbiose avec des plantes (entre autres, des légumineuses). La réaction
    chimique type est:



    Dans les sols où le pH est élevé, l’ammonium se transforme en ammoniac gazeux:


    La réaction nécessite un apport d’énergie de la photosynthèse
    (cyanobactéries et symbiotes de légumineuses). Cette fixation tend à
    produire des composés ammoniaqués tels l’ammonium NH4+ et son acide conjugé l’ammoniac NH3. Il s’agit ici d’une réaction de réduction qui se fait par l’intermédiaire de substances organiques notées {CH2O} dans l’équation 1.


    La
    nitrification transforme les produits de la fixation (NH4+, NH3) en NOx (soient NO2- et NO3-),
    des nitrites et nitrates. C’est une réaction d’oxydation qui se fait
    par catalyse enzymique reliée à des bactéries dans les sols et dans
    l’eau. La réaction en chaîne est de type:



    soit:



    La
    dénitrification retourne l’azote à l’atmosphère sous sa forme moléculaire N2, avec comme produit secondaire du CO2 et de l’oxyde d’azote N2O,
    un gaz à effet de serre qui contribue à détruire la couche d’ozone dans
    la stratosphère. Il s’agit d’une réaction de réduction de NO3- par l’intermédiaire de bactéries transformant la matière organique. La réaction est de type :


    L’activité humaine contribue à l’augmentation de la dénitrification,
    entre autres, par l’utilisation des engrais qui ajoutent aux sols des
    composés ammoniaqués (NH4+, NH3) et des nitrates (NO3-). L’utilisation des combustibles fossiles dans les moteurs ou les centrales thermiques transforme l’azote en oxyde d’azote NO2-. Avec N2 et CO2, la dénitrification émet dans l’atmosphère une faible quantité d’oxyde d’azote N2O. La concentration de ce gaz est faible, 300 ppb (parties par milliard). Cependant, il faut savoir qu’une molécule de N2O est 200 fois plus efficace qu’une molécule de CO2 pour créer un effet de serre. On évalue aujourd’hui que la concentration en N2O
    atmosphérique augmente annuellement de 0.3% et que cette augmentation
    est pratiquement reliée entièrement aux émissions dues à la
    dénitrification des sols. Les études des carottes glaciaires de
    l’Antarctique ont montré que la concentration en N2O
    atmosphérique était de 270 ppb à la fin du dernier âge glaciaire (il y
    a 10 000 ans) et que cette concentration s’est maintenue à ce niveau
    jusqu’à l’ère industrielle où elle a fait un bond pour atteindre son
    niveau actuel de 300 ppb; une augmentation de 11%.






      La date/heure actuelle est Dim 24 Sep - 11:22